Histoire d’eau à Champeaux

Chères Campéliennes, chers Campéliens,

Le prix de l’eau à CHAMPEAUX s’établit aujourd’hui à 3,50 € le m3 environ. Notre commune a réalisé les investissements nécessaires de 2001 à 2010 et a su mettre à profit les subventions qui, à l’époque, s’élevaient à 80 %. En 2017, la mise en œuvre de la tristement célèbre loi NOTRe a eu pour conséquence le transfert de « tout ce qui touche à l’eau » vers notre communauté de communes. Aujourd’hui, notre village n’a plus le droit d’investir pour notre eau, elle relève de la compétence exclusive de notre communauté de communes.

Quel est le problème ? Sur les 31 communes et ses 40 000 habitants, des travaux gigantesques de mises aux normes sont nécessaires. Ce sont près de 100 millions d’euros qui doivent être investis pour rénover des réseaux, construire des stations d’épuration ou encore réhabiliter des châteaux d’eau. Là où le bât blesse, ce sont les aides des financeurs publics qui côtoient péniblement les 40 % !

Quelles conséquences ? Chères et chers Campéliens, votre facture d’eau actuelle est d’environ 400 € par an. Demain, soit d’ici 3 à 8 ans, vous paierez 1200 € à 1500 €, soit plus de 100 € par mois !

Qui est concerné ? Tous les usagers de l’eau Français !

L’Association des Maires Ruraux de Seine-et-Marne se mobilise, et interpelle les pouvoirs publics parce qu’il est hors de question d’accabler les consommateurs, qui plus est dans un contexte économique dégradé. Aidez-nous en signant la pétition ! Défendez votre pouvoir d’achat en relayant, en partageant, en faisant circuler cet appel. Je compte sur vous !

Yves LAGÜES-BAGET,
Maire de CHAMPEAUX et secrétaire de l’Association des Maires Ruraux de Seine-et-Marne.

Le 7 janvier 2021, l’AMR77 a mis en ligne cette pétition
SIGNEZ CETTE PÉTITION ! FAITES-LA CIRCULER !
Le lien pour signer la pétition : http://chng.it/kVwVNfXFzC


Simulation d’une future facture d’eau


Lors de l’assemblée générale de l’Association des maires ruraux de Seine-et-Marne (AMR77),
la gestion de l’eau a été au cœur du débat.
(article publié dans le journal La République du 14 décembre 2020)

Ag de l'AMR77 de décembre 2020
L’AG, du 8 décembre 2020, a réuni 100 personnes (l’AMR77 compte 154 adhérents) dont la grande majorité en visio.

Cette réunion annuelle s’est déroulée en présence de Joël Giraud secrétaire d’État chargé de la ruralité en compagnie de nombreux maires des communes rurales de moins de 3 500 habitants.

Promulguée en 2015, la loi NOTRe prévoit le transfert de la compétence eau et assainissement vers les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) donc les communautés de communes ou d’agglomération. D’après les maires ruraux, cela aura pour conséquences une iniquité, des difficultés de fonctionnement, des coûts d’études et de gestion faramineux.

« Il faut faire reconnaître l’importance de ce sujet au niveau national. Le ministère de la cohésion des territoires, ceux de l’écologie et des finances doivent agir auprès des instances européennes pour flécher des crédits verts européens du plan de relance pour diminuer la charge des transferts de compétence aux EPCI avec la date butoir du 1er janvier 2026 », explique François Deysson.

Compétence eau

En 2017, le prix moyen de l’eau en France est de 3,56 € et en Seine-et-Marne ne de 4,91 €. L’effet de la mutualisation impactera directement les habitants. Quid des réseaux et canalisations, dont certains nécessitent des travaux quand les subventions accordées par l’État sont passées de 80 % à tout juste 40 % ?

Si Les agences de l’eau perçoivent des redevances auprès des consommateurs afin de financer les infrastructures nécessaires à la sauvegarde et la distribution d’eau potable ainsi qu’à l’épuration des eaux usées, l’État les ponctionne à hauteur de 500 millions d’euros remettant en cause le pourquoi initial de la redevance.

Une aide européenne ?

L’AMR77 propose de ne pas accabler les usagers de l’eau en sollicitant les crédits verts européens pour permettre de relever le taux d’aide à 80 %. « L’État doit agir auprès des instances européennes afin d’obtenir qu’une part non négligeable des crédits européens fléchés pour l’environnement soit affecté sous forme de subventions aux EPCI afin de leur permettre de renouveler leur réseau sans provoquer de nouvelles crises sociales », déclarent d’une même voix les adhérents de l’AMR77.

8 millions pour le Département

Le préfet de Seine-et-Marne, Thierry Coudert a abordé le sujet de la dotation de soutien à l’investissement local : 170 dossiers ont été déposés en 2020, 13 ont été retenus. « Nous avons alloué 8 millions d’euros pour le Département. Nous avons fait le choix de limiter le nombre de dossiers recevables de manière à vraiment aider les communes bénéficiaires avec des subventions entre 80 % voire 100 % pour une des communes ». Patrick Septiers, président du Département a assurés les maires ruraux de son soutien « Nous travaillons pour et avec la ruralité. Nous faisons confiance aux maires pour gérer les subventions versées par le Département aux collectivités. Depuis 2015, nous avons traité 900 dossiers d’aides financières pour les équipements à hauteur de 25 millions d’€. Nous nous adaptons aux besoins des territoires. »

Historique des publications